Demande rachat de crédit
0 800 108 118

Contrairement aux idées reçues, les logements sociaux ne sont pas destinés uniquement aux personnes à revenus modestes, des ménages de classes moyennes et aisées profitent également de ces logements.

A qui reviennent ces logements sociaux ?

En France 109 000 logements sociaux ont été financés en 2015, soit une hausse de 2,3 % par rapport à 2014 selon le ministère du logement.

Contrairement à ce que les français pourraient imaginer, la majorité de ces logements sont attribués aux classes moyennes et aisées, en effet, trois quarts de ces habitations leurs sont dédiées contre un quart destinées aux ménages les plus modestes.

Des chiffres qui s’expliquent par les coûts extrêmement élevés des logements pour les ménages jugés modestes. D’après le ministère du logement «l'engagement de 500 millions d'euros, à travers la création du Fonds national des aides à la pierre, permettra d'amplifier la construction de logements sociaux en 2016 ».

Logement social ou devenir propriétaire ?

La plupart des ménages ayant des revenus moyens ou supérieurs à la moyenne et disposant d’un logement social peuvent clairement devenir propriétaires.

Pour cette année 2016, beaucoup de ces ménages sont attirés par les taux de crédits immobilier relativement bas, des taux qui favorisent les ménages à se lancer pour devenir propriétaires d’un logement.

De plus, les prêts à taux zéro (PTZ) se sont assouplis et les banques pour le moment octroient encore la majorité de leurs crédits à taux fixes, ce qui n’est pas pour plaire aux régulateurs bancaires.

Budget mensuel

Les locataires comme les propriétaires peuvent rencontrer des difficultés au niveau de la gestion de leurs revenus. C’est-à-dire des crédits conso et ou immobilier qui prennent une part trop importante de leurs revenus.

Pour parer à ces difficultés financières des opérations bancaires existent comme le rachat de crédits qui permet de regrouper tous ses crédits en un seul prêt avec une mensualité plus petite, cette opération est possible grâce au rééchelonnement de la durée du prêt.