Demande rachat de crédit
0 800 108 118

Ce jeudi 10 mars 2016, à l’issue de sa réunion, la Banque Centrale Européenne a annoncé qu’elle abaissait l’ensemble de ses taux directeurs, portant son taux central à zéro pour la première fois.

Baisse des taux directeurs de la BCE : le détail

Après avoir promis de procéder un examen de l’orientation de sa politique monétaire et de l’adapter si la conjoncture l’exigeait, la Banque Centrale Européenne (BCE) a plus que tenu sa promesse.

L’institution de Francfort, présidée par Mario Draghi, annonce qu’elle abaissait ses principaux taux directeurs pour relancer le marché du crédit et de l’inflation dans la zone Euro.

Dans le détail, la BCE a ramené son taux de dépôt (c’est le taux auquel, les établissements bancaires placent leurs liquidités auprès de la BCE) à -0,40 %, contre -0,30 % depuis décembre 2015.

L’institution de Francfort ramène aussi son taux de refinancement à zéro pour la première fois de son histoire, il s’agit du taux auquel les établissements de crédits perçoivent des liquidités de la BCE. Cela signifie que les établissements prêteurs peuvent emprunter gratuitement auprès de l’institution de Francfort. Ce taux de refinancement était de 0,05 %.

Quant à son taux de prêt marginal, il passe de 0,3 % à 0,25 %. C’est le taux auquel les banques commerciales s’endettent en apportant des créances qu’elles détiennent.

Par ailleurs, la BCE a aussi annoncé que son programme de rachat d’obligation va passer à un volume de 80 milliards d’euros par mois, contre 60 milliards aujourd’hui.

Quelles sont les conséquences sur le marché du crédit

Malgré les spéculations, force est de constater que la BCE est déterminée à agir pour enrayer le spectre de la décroissance en zone Euro, elle vient de la démontrer de nouveau à l’issue de sa réunion avec des nouvelles mesures dont certaines inédites. Cependant, quels pourraient être leurs impacts sur nos crédits ?

De la baisse de ses principaux taux directeurs à l’augmentation du volume de son programme QE, toutes les mesures annoncées par la BCE semblent favoriser davantage la distribution des crédits aux ménages et aux entreprises.

Avec son taux de refinancement, désormais nul, les banques peuvent se refinancer gratuitement auprès de la BCE, cela va certainement bouleverser leurs politiques commerciales  et les inciter à assouplir davantage les critères d’octroi.

En passant son taux de dépôt de -0,30 % à 0,40 %, la BCE augmente la taxe sur les banques qui laissent dormir leurs liquidités dans ses caisses. Cette mesure va inciter les prêteurs à augmenter leurs financements à l’économie.

Quant à l’augmentation du volume de son programme de rachat, cette mesure va aussi favoriser la distribution du crédit. Explication : en rachetant des dettes publiques aux banques, la BCE crée de la monnaie et crédite leurs lignes de dépôt des prêteurs.

Ainsi, pour les banques, les dettes sont converties en argent frais. Cela gonfle leurs réserves de fonds propres et leur permet d’accorder davantage de financement aux ménages et aux entreprises à un taux plus bas.