Demande rachat de crédit
0 800 108 118

Dans le cas où les nouvelles directives du comité de Bâle sont appliquées dans le droit des pays européens, les banques européennes seront contraintes de revoir leurs critères d’octroi de prêt immobilier.

Crédit immobilier : une barrière pour les plus modestes

Les français disposant de revenus modestes ne pouvant pas rassembler un certain montant en apport personnel ne se verront plus accordé de prêt immobilier.

Les raisons sont simples, car les banques devront de ce fait geler dans leurs fonds propres un montant supérieur à 50 % de la somme accordée à l’emprunteur ne disposant pas d’apport personnel.

Un tel changement pourrait avoir un impact sur le marché de l’immobilier et la croissance économique, avec une forte baisse des prix de l’immobilier.

Nouvelles normes internationales : crédit immobilier

Les banques françaises sont actuellement inquiètes par les déclarations du Comité de Bâle (un organe régulateur du système financier mondial). Les professionnels de l’immobilier redoutent que cette mesure entraine une baisse significative des prix.

Dans le but de limiter les risques liés aux emprunts immobiliers, cet organisme souhaite renforcer les capitaux propres des banques. Des capitaux propres nécessaires pour l’octroi de crédits aux emprunteurs ne disposant pas ou ayant peu d’apport personnel.

Cette mesure pourrait intervenir alors que le système français d’octroi de crédits semble fonctionner, en effet la décision d’accorder un prêt en France est basée sur les revenus de l’emprunteur et son taux d’endettement, pour évaluer ses capacités de remboursement. A l’instar d’autres pays ou le crédit est accordé en fonction de la valeur du bien.